Réaliser / La préparation de votre projet

Comment diagnostiquer des défauts de charpente ?

Lorsqu’on s’apprête à acheter une maison ou que l’on veut transformer ses combles, mieux vaut savoir à quoi s’attendre avec la charpente. Jérémy Hérard, architecte et responsable du réseau Notes de Styles, nous présente les cinq points-clés à observer.

Une charpente abîmée par le temps

Il arrive qu’une charpente âgée de 80 ans ou plus se soit abîmée avec les années. On voit alors le lattage s’arrondir (le bois se dégrade aux angles des lattes), ce qui entraîne un glissement des tuiles. Il est alors nécessaire de refaire le lattage et le contre-lattage. On en profite pour poser un pare-pluie (ce n’est pas onéreux) qui évitera d’éventuelles infiltrations d’eau et le soulèvement de tuiles en cas de tempête.

Une charpente attaquée par les insectes ou les champignons

Du bois attaqué par des termites s’effrite, et l’on peut observer une multitude de petits trous. Les capricornes sont plus difficiles à détecter car ils logent au cœur du bois et on ne voit quasiment rien en surface. En revanche, dans le calme, on peut entendre le bruit de l’insecte (cric-cric-cric). Il faut alors repérer le point d’entrée du capricorne grâce à un petit amas de sciure sur le bois.
Dans les deux cas, cela se traite si ce n’est pas pris trop tard. En revanche, dès lors que les termites s’attaquent à la plaque de plâtre on voit des boursouflures), cela signifie que la charpente est déjà extrêmement abîmée et sans doute faudra-t-il la remplacer.
Quant à la mérule, ce champignon invasif qui fait des ravages, s’il touche plus de 50% de la charpente, cette dernière devra être détruite. Il est possible de traiter, soit en injectant un produit fongicide, soit en pulvérisant l’ensemble de la surface concernée, cela dépend du niveau d’infestation de la mérule. Cependant, ces traitements sont complexes et réservés à des entreprises spécialisées dans ce domaine.

Une charpente abîmée par des modifications

Il arrive qu’une charpente ait été modifiée lors d’une surélévation de toiture ou de la création d’une mezzanine, par exemple. Dans le cas de travaux mal réalisés, la charpente risque de s’affaisser ou même de pousser les murs (la maison fait alors un V). Dans tous les cas, lorsque la charpente a subi des modifications, il convient de demander les calculs de résistance mécanique de l’architecte ou du bureau d’études le cas échéant, ainsi que le nom et l’assurance décennale de l’entreprise qui a réalisé les travaux.

Une charpente humide

Un sinistre sur trois est lié à l’humidité. Dans des combles aménagés, de la moisissure sur plaque de plâtre indique un problème de condensation. Des champignons se sont alors sûrement développés sur la charpente. Si un pare-vapeur est en place, soit on l’enlève, soit on le perce de toutes parts afin de faire circuler l’air et supprimer de nouveaux risques de condensation.
Attention aux toitures trop isolées, avec une isolation à l’intérieur et à l’extérieur, qui empêchent le comble de respirer. Il faut alors en enlever une des deux. Quand on achète un bâtiment de moins de dix ans, on demande systématiquement les décennales et le nom des entreprises qui se sont occupées du projet. En cas de problème, même si l’entreprise n’existe plus, l’assurance sera toujours active.

Une charpente faible

Il arrive, en particulier sur les maisons construites dans les années 30 et 40, que la charpente soit trop faible. Il faut alors la consolider avec des jambes de force et en croisant des chevrons. C’est chose facile dans des combles non aménagés, mais plus compliqué et plus coûteux avec des combles habitables.
Pour se rendre compte de la faiblesse d’une charpente, on mesure la façade extérieure ainsi le mur de pignon à ras le toit. S’il existe une différence de 20 cm ou plus, c’est que la charpente est en train de glisser vers le bas et de pousser les murs.

Etude architecte VELUX pour les combles

A LIRE AUSSI :


Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Besoin d’aide pour mener vos travaux ?

Recevez chaque mois les derniers conseils pour l'aménagement de vos combles