Réaliser / Les dossiers et conseils administratifs utiles

Aménager ses combles, c’est aussi économiser l’énergie

Dans une maison individuelle, il y a toujours quelque chose à faire pour améliorer son confort de vie, réduire sa facture énergétique et, par la même occasion, augmenter la valeur de son patrimoine.

Comment l’aménagement des combles peut-il améliorer les performances thermiques d’une maison ?

Partant du constat que 30 à 40 % des calories s’échappent par le toit d’une maison mal isolée, c’est là qu’il convient d’agir en premier en créant un volume à vivre parfaitement isolé entre la toiture et le reste de l’habitat. Une option doublement gagnante avec des économies d’énergie à long terme et un gain de surface habitable à la clé.

Que dit la RT 2012 (règlementation thermique 2012) ?

Pour tenir l’objectif de basse consommation d’énergie d’un projet, la RT 2012 impose de mettre en œuvre des agencements et des produits ayant une résistance thermique la plus élevée possible. Cette capacité à freiner la transmission de la chaleur (ou du froid) est exprimée par l’indice R qui est obligatoirement indiqué sur les emballages des produits isolants vendus dans le commerce. Ce R grandit avec l’épaisseur du matériau et les R de chaque produit s’additionnent pour déterminer un R global qui doit atteindre au moins 8 en ce qui concerne des combles aménagés.

 

un espace etudiant

Réussir son aménagement dépend donc uniquement des performances de l’isolant employé ?

Pas seulement. La clé de la réussite passe aussi par des exigences de mise en œuvre, non seulement en traitant les ponts thermiques mais aussi en assurant l’étanchéité à l’air de la toiture. L’utilisation d’une membrane spécifique (un film à base de polyéthylène, polyamide ou polypropylène), côté intérieur sous le parement de finition et de manière continue est indispensable. Un traitement à compléter en faisant systématiquement  la chasse aux micro-infiltrations d’air parasites le long des pannes, des gaines techniques et surtout autour des fenêtres.

Le choix des ouvertures a-t-il une influence sur les résultats et sur le confort final ?

Il est de première importance. Et sur ce plan, par leur conception et la facilité de leur mise en œuvre, les fenêtres de toit ont une longueur d’avance : elles reçoivent 23 % d’apports solaires (gratuit !) de plus que les fenêtres verticales. Tout le travail des ingénieurs étant de mettre à profit cet avantage et d’obtenir le meilleur équilibre entre l’exploitation des apports en hiver d’une part, et leur maîtrise en été, pour éviter la surchauffe. Sans parler du confort que les automatismes offrent en terme de ventilation lorsqu’ils sont intégrés aux fenêtres de toit les plus sophistiquées.

Bain de lumiere a Saint Etienne

Le confort est assuré, mais où sont les économies d’énergie ?

Elles sont partout : dans l’étanchéité garantie, dans la maîtrise des apports solaires par des doubles vitrages à contrôle solaire qui permettent des économies de chauffage en hiver et de climatisation l’été, et enfin dans un éclairage naturel plus important, permettant de retarder le recours à l’éclairage artificiel…

De quelles aides peut-on bénéficier ?

D’une TVA À 5,5%. Elle s’applique aux travaux d’amélioration de la qualité énergétique d’habitations achevées depuis plus de 2 ans. Elle s’applique également aux « travaux induits  qui leur sont indissociablement liés », c’est-à-dire rendus nécessaires par les travaux de rénovation thermique. Pour tous les travaux ne respectant pas ces conditions, le taux passe à 10 %. Seuls les équipements qui respectent des critères de performances minimums sont concernés. Ainsi, pour une fenêtres de toit, le coefficient de transmission thermique (Uw) doit être inférieur ou égal à 1,5 W/m2.K et le facteur solaire de la fenêtre (Sw) doit être inférieur à 0, 36.

Découvrez les fenêtres de toit Velux vous permettant de bénéficier d’avantages fiscaux

D’un Eco-prêt à taux zéro. Reconduit jusqu’au 31 décembre 2015, il est désormais élargi aux copropriétés. Ce prêt sans intérêt permet de réaliser un bouquet de travaux ou une amélioration globale de la performance énergétique du bâtiment. L’obtention de ce prêt est aussi conditionnée par la qualification RGE de l’entreprise missionnée pour réaliser les travaux.

D’un Crédit d’Impôt Développement Durable simplifié. Conçu pour inciter les particuliers à effectuer des travaux d’amélioration énergétique de leurs logements (résidence principale) tout en soutenant les technologies émergentes les plus efficaces, ce dispositif fiscal permet aux ménages de déduire de leurs impôts sur le revenu une partie des dépenses réalisées pour certains travaux. Il est accessible à tous (propriétaires ou locataires) mais à compter du 1er janvier 2015, seul le recours à un professionnel qualifié RGE permettra de bénéficier de cet avantage fiscal. Si le crédit d’impôt est supérieur au montant de l’impôt dû ou si le ménage n’est pas imposable, celui-ci est remboursé. Depuis le 1er septembre dernier, un taux unique de réduction d’impôt de 30 % est appliqué contre 15% et 25 % précédemment. Par ailleurs, le « bouquet de travaux », c’est-à-dire la mise en œuvre de deux travaux en même temps n’est plus obligatoire. Pour un même contribuable et une même habitation, le montant des dépenses ouvrant droit au crédit d’impôt ne peut excéder 8 000€ pour une personne seule et 16 000€ pour un couple sans enfant. Cette somme est majorée de 400€ par personne à charge.

Par Georges-François Rey

 

Vous avez un projet d’aménagement de combles ?

Recevez chaque mois les derniers conseils pour bien préparer votre projet