Comment isoler les combles perdus ?

Quand refaire l’isolation de ses combles perdus ? 

Quel que soit le matériau utilisé pour l’isolation de combles perdus, il faut estimer, en moyenne, une durée de vie de 15 à 20 ans environ. Plusieurs facteurs peuvent impacter sa durée d’efficacité : sa résistance dans le temps, l’humidité et les rongeurs. Si vous constatez que vous avez perdu en confort ou que vos factures d’énergie sont anormalement élevées, peut-être que l’isolation de vos combles perdus est à revoir. Si celle-ci avait été entièrement refaite il y a une quinzaine d’années, souffler un nouvel isolant par-dessus l’ancien peut suffire, à condition que ce dernier n’ait pas subi de dégâts extérieurs. Sinon, il faut refaire toute l’isolation. Et si le comble est équipé d’une ancienne fenêtre de toit, profitez en pour la changer pour un nouveau modèle tel qu’une fenêtre de toit VELUX nouvelle génération, bien plus isolant thermiquement. 

Comment savoir s’il faut refaire l’isolation de ses combles perdus accessibles ? 

Plusieurs signaux peuvent vous alerter sur l’état général de votre isolation. 

  • L’isolant est mouillé : La présence d’humidité doit être identifiée avant d’être traitée. Elle peut venir de l’extérieur (intempéries, fuite d’un tuyau…) ou de l’intérieur (condensation en l’absence de pare-vapeur). Si l’isolant est en laine minérale et que les conditions de séchage ne sont pas réunies, il faut la changer. 
  • L’isolant s’est tassé : Les laines minérales peuvent se tasser sous leur propre poids, ce qui diminue leur épaisseur et leurs performances, surtout si l’épaisseur posée initialement était faible. Une isolation des combles de moins de 15 cm doit vous alerter.  
  • L’isolant présente des vagues : Si de la laine minérale en rouleau avait été déposée directement sur les lambourdes sans aucune découpe, il se crée alors un effet de circulation d’air en sousface qui diminue considérablement l’efficacité de l’isolation. 

Comment vérifier l’état de l’isolation de combles perdus inaccessibles ? 

Il existe des dispositifs à distance comme la caméra thermique, mais son utilisation est délicate. Mieux vaut faire appel à un bureau d’études thermiques qui sera plus qualifié pour mener cette opération à bien. 

Les différentes techniques pour l’isolation des combles perdus 

Dans le cas des combles perdus, on isole au niveau du sol.  

L’isolation des combles perdus en vrac  

Un isolant en vrac est adapté dans les combles difficiles d’accès. Il est projeté avec une machine et se niche dans tous les coins, ce qui assure une bonne continuité de l’isolation, réduisant les ponts thermiques. Cette technique est rapide à mettre en œuvre et peu coûteuse.  

L’isolation des combles perdus en rouleaux  

L’isolation en rouleaux se fait généralement en 2 couches. La première se pose entre les solives. La deuxième vient recouvrir ces solives pour assurer la continuité de l’isolation. Cette pose est moins prisée des professionnels, car elle est plus longue que la solution précédente.  

À noter : il faut poser un pare-vapeur côté chauffé pour limiter les risques de condensation dans l’isolant. 

Quels isolants pour des combles perdus ? 

Tous les isolants sont efficaces en hiver, mais tous ne se valent pas pour le confort d’été. Si l’isolant est appliqué par-dessus un plancher béton, le choix de l’isolant n’a que peu d’importance, car c’est l’inertie de la dalle qui apporte du confort l’été et qui permet d’avoir une température agréable. Pour un plancher bois, mieux vaut privilégier des isolants denses avec une forte capacité de chaleur, tels que la ouate de cellulose ou la laine de bois. 

Tour d’horizon des différents isolants possibles et leurs propriétés :  

  • Les isolants issus de la pétrochimie (polystyrène, polyuréthane) sont performants en hiver, mais n’apportent quasiment aucune protection en été. Ce choix est donc à éviter.  
  • La laine de verre est l’isolant le moins coûteux et le plus courant. En revanche, sa densité étant faible, elle ne joue pas de rôle significatif dans le confort d’été.  
  • La laine de roche offre des performances assez proches de la laine de verre en hiver mais, sa meilleure densité lui confère un léger avantage sur le confort d’été.  
  • La ouate de cellulose possède une forte capacité thermique et une forte densité, et apporte une vraie plus-value sur le confort d’été. Son coût est légèrement supérieur aux isolants traditionnels, mais reste raisonnable.  
  • La laine de bois offre des prestations comparables à la ouate de cellulose, mais pour un prix plus élevé et un moins bon comportement au feu. 

Quelle épaisseur d’isolation pour mes combles perdus ? 

Pour l’isolation des combles perdus, la réglementation requiert une résistance thermique (indiquée par la lettre R) d’au moins 7 m2.K/W (cela équivaut à un isolant de 30 cm d’épaisseur) pour pouvoir prétendre à des aides financières. Il faut bien vérifier cet élément sur le devis. 

Toutefois, mieux vaut privilégier une résistance thermique supérieure (jusqu’à 10 m2.K/W),  soit environ 40 cm d’isolant. Le surcoût sera faible, car la main-d’œuvre sera quasiment identique. Mais le surplus d’épaisseur améliorera le confort d’été en retardant l’arrivée du pic de chaleur dans la maison. 

 

Isolant 

 

Conditionnement  Epaisseur minimum 
Laine de verre  Vrac  32 cm 
  Rouleau  28 cm  
Laine de Roche  Vrac  31,5 cm 
  Rouleau  30 cm  
Polyuréthane  Mousse  17,5 cm 
Ouate de cellulose  Vrac  35 cm 
Laine de bois  Vrac  35 cm 

 

Comment préparer le chantier d’isolation des combles perdus ? 

Avant d’isoler ses combles perdus, il convient, dans un premier temps, de les vider, puis de déposer l’ancien isolant. Cette étape est nécessaire pour vérifier l’état de l’existant (normes incendie, état du support) et pour installer une membrane d’étanchéité à l’air. Puis, on délimite la zone à isoler et l’on protège les entrées d’air. La trappe d’accès doit être coffrée sur tout son pourtour pour éviter que de l’isolant ne tombe dans le logement lors de l’accès aux combles. Enfin, il ne reste qu’à installer des repères (réglettes, marques à la bombe ou niveau laser) pour indiquer l’épaisseur à souffler.  

Quid de la sécurité incendie ? 

S’il y a des boîtiers électriques dans les combles, ils doivent être sortis de l’isolation et fixés sur la charpente. S’ils restent dans l’isolation, il faut les rendre étanches. Une signalétique accrochée à la charpente doit indiquer leur présence. Les spots électriques, quant à eux, constituent une source importante de chaleur et requièrent des capots de protection spécifiques pour éviter qu’ils ne se retrouvent en contact avec l’isolant. 

Quel coût pour isoler ses combles perdus ? 

Il faut compter environ 35 € du m² pour isoler ses combles perdus. Ce montant dépend, bien sûr, de la surface à isoler, de l’épaisseur mise en œuvre, du choix de l’isolant, et même de la région (les tarifs des artisans sont souvent plus élevés à Paris ainsi que dans certaines villes). Pour obtenir le prix le plus juste, il est conseillé de mettre au moins trois entreprises en concurrence et d’étudier les possibilités d’aides financières. En 2023, il s’agit des primes CEE (8 à 12 €/m²), de la TVA à 5,5 % si la pose est effectuée par un professionnel RGE, et de l’Eco PTZ. Attention aux fausses promesses : aujourd’hui, il n’est plus possible de proposer une isolation à 1 €. 

brochure aménagement de grenier à charpente industrielle
Brochure chantier – Aménagement de combles à charpente traditionnelle
Étapes de chantier, budget poste par poste, conseils et explication d'un chantier d'aménagement de combles à charpente traditionnelle.
À voir aussi
Trouvez simplement des artisans qualifiés près de chez vous
Intervenir sur le toit d’une maison n’est pas à la portée d’un artisan quelconque !
Téléchargez nos guides
brochure combles guide aménagement 1
Guide de l’aménagement des combles – Volume 1
20 pages d'idées et conseils pour votre projet d'aménagement de combles.
brochure combles industrielle bois
Brochure chantier – Combles à charpente industrielle en bois
Étapes de chantier, budget poste par poste, conseils et explication d'un chantier d'aménagement de combles à charpente industrielle en bois.