Réaliser / Isolation

Isolation par l’intérieur


La façon la plus simple et la plus économique d’isoler des combles aménageables consiste à placer une couche d’isolant en sous-face de couverture, sous les tuiles ou les ardoises. Cette méthode est de surcroît très efficace. Explications.

État de la couverture

Quel que soit le type d’isolant et le mode de pose envisagé, il est prioritaire de vérifier l’état de la couverture. Tous les isolants fibreux perdent en effet la majeure partie de leur efficacité quand ils sont mouillés. Les « laines » (de verre, de roche, de chanvre, etc.) sont isolantes parce qu’elles enferment de l’air (le meilleur des isolants) dans une structure fibreuse. Toute perte d’étanchéité de la couverture se traduit par une humidification de la laine, envahie par l’eau (un très mauvais isolant) qui se substitue à l’air. De plus, si les laines minérales sont imputrescibles à l’humidité, il en va autrement des laines animales (de mouton) ou végétales (chanvre, lin, coton) qui pourrissent dès qu’elles sont mouillées. Il est donc impératif de vérifier l’étancher de la couverture avant de faire l’isolation de la toiture.

Avantages

L’isolation par l’intérieur est à la fois efficace, simple et peu coûteuse puisqu’elle n’entraîne pas de travaux sur la couverture si celle-ci est en bon état. L’isolant lui-même est très abordable et sa pose n’est pas très compliquée. Si la configuration de la charpente le permet, et notamment si les pannes (poutres principales) sont d’une bonne épaisseur, elles peuvent rester apparentes, ajoutant au charme naturel des combles.

Isolants

L’isolation des pans de sous-toiture comprend :

  • l’isolant lui-même (laine minérale, animale ou végétale) ;
  • un écran pare-vapeur côté combles (destiné initialement à éviter la condensation de gagner l’isolant et servant aujourd’hui à en assurer l’étanchéité à l’air) ;
  • un parement (plaque de plâtre ou lambris) décoratif fixé sur ossatures métalliques. Les laines minérales (de verre ou de roche) sont imputrescibles, et leur qualité isolante (définie par le coefficient de conductivité thermique ou lambda) est facilement contrôlable. Les laines animales (mouton, plumes de canard) et les laines végétales (chanvre, lin, cellulose, coton) sont considérées comme plus naturelles ; elles contiennent néanmoins différents produits pour les rigidifier – polyester, les ignifuger et les protéger contre les insectes – sel de bore).

Techniques de pose

La pose classique actuelle consiste à placer une ou deux couches croisées d’isolants, l’une entre les chevrons, l’autre perpendiculairement à ceux-ci, embrochée sur des suspentes elles-mêmes fixées à la charpente, et permettant de recevoir les plaques de parement, après interposition du pare-vapeur (ou membrane frein-vapeur). Cette solution est rapide et efficace. Elle permet d’obtenir une résistance thermique ® de 5 pour 20 cm d’épaisseur.

Penser au mur pignon !

Il ne faut pas oublier d’isoler le mur pignon de la maison. Cette paroi verticale peut être traitée de deux façons selon sa nature :

  • si la maçonnerie est irrégulière, on établira une ossature sur rail métallique permettant de recevoir l’isolant et de monter le parement en plaque de plâtre (un peu comme les pans de sous-toiture) ;
  • si la maçonnerie est régulière, (parpaings ou briques, par exemple), on pourra coller directement dessus des panneaux composites constitués d’une couche d’isolant (laine minérale ou mousse) et d’une plaque de plâtre.

Tutoriel : Comment isoler des combles aménageables ? 

Besoin d’aide pour mener vos travaux ?

Recevez chaque mois les derniers conseils pour l'aménagement de vos combles